26 mai 2020
BIOS HEALTH ÉTEND SES COLLABORATIONS AU CANADA AVEC UNE INITIATIVE DE 800 000 $ CA DÉDIÉE À UNE RECHERCHE RÉVOLUTIONNAIRE SUR LES BIOMARQUEURS NEURONAUX

Cambridge, Royaume-Uni et Montréal, Canada — 26 mai 2020 — BIOS Health est fière d’annoncer son partenariat de 800 000 $ CA avec Mila, l’Université McGill et l’Université de Montréal, pour développer un système avant-gardiste de neuromodulation en boucle fermée, contrôlé par IA pour les affections cardiaques chroniques. Ce partenariat renforce l’implication de BIOS auprès de Mila, un institut de recherche en intelligence artificielle basé à Montréal. Dans le cadre de ces recherches, l’équipe de BIOS travaillera en étroite collaboration avec le Dr Blake Richards, professeur adjoint à la School of Computer Science (école des sciences informatiques) de l’Université McGill, et le Dr Guillaume Lajoie, professeur adjoint en Mathématiques appliquées à l’Université de Montréal.

 

Emil Hewage, PDG et cofondateur de BIOS, a déclaré ce qui suit : « Il y a 18 mois, BIOS a ouvert son premier bureau de recherche et développement hors de l’Europe, à Montréal. Nous avons fait ce choix pour avoir accès aux talents et à l’expertise en intelligence artificielle et apprentissage profond de l’écosystème montréalais ainsi que pour collaborer avec Mila. L’annonce de ce nouveau partenariat de recherche témoigne du succès de notre collaboration et nous permettra de développer nos opérations au Canada.

 

« Nos recherches seront axées sur le développement de traitements d’interface neuronale compatibles avec l’intelligence artificielle qui auront un impact déterminant sur la vie des patients atteints d’affections chroniques. Alors que la COVID-19 met en évidence la vulnérabilité des personnes atteintes d’affections chroniques, nous sommes fiers de lancer de nouvelles initiatives susceptibles d’aboutir à la création de traitements et de moyens de prévention beaucoup plus performants, et donc de réduire le nombre de personnes à haut risque à long terme. »

 

La mission de BIOS est de transformer les soins de santé en développant une plate-forme d’interface neuronale optimisée pour décoder et coder les signaux du cerveau vers le corps afin de traiter les problèmes de santé chroniques. L’objectif est d’utiliser l’IA pour traiter les affections chroniques des patients par leur système nerveux en proposant des traitements personnalisés et précis grâce à des signaux neuronaux générés par ordinateur. Ce système pourra remplacer les médicaments et changera la vie de millions de personnes. Ce partenariat permettra à BIOS de faire des progrès significatifs en utilisant l’apprentissage automatique pour relier l’activité cardiaque aux données neuronales et ainsi identifier les biomarqueurs neuronaux de l’activité cardiaque qui sont à la base des nouveaux traitements.

 

« Au cours des dix dernières années, les interfaces neuronales directes se sont imposées comme un complément intéressant et souvent, une bien meilleure alternative aux interventions cliniques traditionnelles », a déclaré le Dr Guillaume Lajoie, professeur adjoint en Mathématiques appliquées à l’Université de Montréal. « Au cours de la prochaine décennie, on pourrait à la consécration de cette nouvelle classe de traitements, et BIOS est stratégiquement positionné pour relever les défis qui entravent ces progrès. Je suis extrêmement heureux de faire équipe avec les talentueux collaborateurs de BIOS et de tirer parti des techniques de pointe en matière d’IA pour jeter les bases des normes de l’interface neuronale ».

 

« La technologie d’interface neuronale représente une approche potentiellement révolutionnaire pour les soins de santé », a déclaré le Dr Blake Richards, professeur adjoint à l’école des sciences informatiques de l’Université McGill. « Cependant, la complexité des signaux du système nerveux peut rendre difficile la conception de systèmes de contrôle de précision. L’approche de BIOS en ce qui concerne les algorithmes d’apprentissage automatique pour le déchiffrage des signaux neuronaux est notre meilleur espoir d’exploiter toutes les promesses de la technologie d’interface neuronale, et nous sommes très heureux de nous associer à eux pour poursuivre ces recherches ».

 

« MEDTEQ soutient activement les projets collaboratifs axés sur les nouvelles technologies qui mettent souvent l’intelligence artificielle au premier plan. Grâce à l’expertise de Montréal et à ses collaborations avec des partenaires canadiens, BIOS peut transformer le secteur des soins de santé. Nous sommes fiers de les aider à donner vie à cette technologie, car elle peut fondamentalement nous aider à créer de nouvelles façons de traiter les patients atteints de maladies chroniques », a déclaré Diane Côté, PDG de MEDTEQ.

 

Cette prochaine étape de recherche sera financée par des partenaires, dont MEDTEQ (le consortium pancanadien pour la recherche industrielle et l’innovation en technologie médicale), MITACS, Healthy Brains, Healthy Lives et BIOS.

 

À propos de BIOS Health

 

BIOS développe une plate-forme d’interface neuronale optimisée qui se sert de l’IA pour décoder et coder les signaux envoyés au corps par le cerveau afin de traiter les problèmes de santé chroniques. Notre technologie peut être décomposée en trois parties. En premier lieu, notre interface neuronale implantée se connecte directement aux nerfs pour isoler les signaux qui circulent entre le cerveau et le corps. Ensuite, notre IA décode et code ces informations neuronales provenant de centaines de milliers de neurones individuels, des dizaines de milliers de fois par seconde, et renvoie des signaux corrigés au corps. Enfin, grâce à ce code neuronal, nous pouvons élaborer un traitement médical numérique complet. Pour une personne souffrant d’une maladie chronique grave, cela signifie que son état sera géré directement par l’IA via le système nerveux, ce qui permettra d’administrer des traitements personnalisés et précis. Les médicaments et les visites chez le médecin seront utilisés en deuxième recours et ne seront plus une réalité quotidienne.

 

Cofondée par des diplômés de l’Université de Cambridge, notamment Emil Hewage, neuroscientifique informatique, et Oliver Armitage, ingénieur en biomécanique, BIOS est composée d’un large éventail d’experts en neurosciences, en apprentissage automatique, en génie logiciel, en biomatériaux appliqués, en biotechnologie et en médecine. L’expérience combinée de l’équipe de BIOS compte plus de 300 publications avec comité de lecture, plus d’une dizaine de dispositifs médicaux inédits et plus de 6 000 procédures cliniques.

 

Contacts avec les médias

 

Gabriella Jeakins

BIOS

Associée marketing et communications

gabriella@bios.health

© 2020 BIOS Health Ltd

  • Twitter Social Icon
  • LinkedIn Social Icon